Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une journée au chamkar - Village de Trong Svay

Publié le par anthropohumanisticienne critique

Le chamkar est un champ situé dans les collines, à la différence de la rizière innondée, située en plaine et irrigable. Les villageois y font pousser du riz sec, et bon nombre de légumes (courges, aubergines, patates douces) ainsi que des arbres fruitiers. 

Nous avons suivi une famille dans sa journée de travail au chamkar.

8h20. Nous partons au chamkar. Le mari, la fille cadette et la femme (portant le panier sur le dos), montent sur la mobylette. Nous les suivons. Il faut  rouler 10 minutes avant d’y arriver.

Il y a une petite maison au chamkar. Le toit est fait de bâches en plastique, et il n’y a pas de murs (sauf un peu de tôle). Une partie est occupée par un grand tneu (sorte de lit en bois au dessus du sol), l’autre par la cuisine : un feu, 4 gourdes, 5 grandes bouteilles et 6 petites bouteille d’eau, un bidon transparent d’eau, une bassine en alu pour faire la vaisselle, des éponges, de la poudre à lessiver, du savon pour les mains, 2 petites casseroles, un appareil pour surélever les casseroles, un panier pour cuire le riz à la vapeur, du bois pour le feu. Sur le tneu, il y a un petit mortier avec un long pilon, une passoire en plastique avec des assiettes (en métal et en plastique) et des cuillères, le smouk et les ingrédients qu’elle a amené. 

Une journée au chamkar - Village de Trong Svay

Le chamkar fait un hectare. Il est en pente, est délimité par une plantation de cajou au dessus, une forêt d’un côté, une rivière en bas, et une barrière (piquets en bois et barbelés) pour empêcher les animaux de rentrer. Le chamkar est entouré par des chamkar de la famille (parents et sœur de la femme)

Dans le chamkar, il y a du riz sec planté il y a une semaine. 5 personnes ont planté ce riz pendant 2 jours. 2 faisaient les trous avec un bâton et 3 plantaient (la petite fille en faisait partie). Il y a aussi des petits arbres de cajou, des manguiers (petits), des bananiers (petits), du taro, des patates douces, des aubergines, des courges luffa, du manioc, de la citronnelle. Excepté cette dernière et les aubergines, rien n’est encore mûr pour la récolte.

Cela fait deux ans qu’ils plantent du riz à cet endroit (c’est la seconde année). Comme les arbres à cajou sont encore petits, il est possible de planter aussi du riz et des légumes. L’année prochaine, le mari compte défricher la forêt bordant le chamkar  pour planter le riz. Le chamkar est bien propre : ils y ont mis le feu pour tout dégager. 

Chamkar

Chamkar

Riz sec

Riz sec

Rivière en bas du chamkar

Rivière en bas du chamkar

Chamkar du père avec du riz sec

Chamkar du père avec du riz sec

Chamkar de la soeur avec du riz sec

Chamkar de la soeur avec du riz sec

A notre arrivée, le mari part dans la forêt près du chamkar. Il ramène deux paniers avec des poules dedans, et des poussins. Il les fait passer la nuit en forêt dans ces paniers, car s’ils restent en liberté, les gens peuvent les  voler. Le père et la fille partent ensuite voir les quatre vaches. Elles sont dans le chamkar d’un membre de la famille. 

La femme reste à la maison pour cuisiner. Elle fait cuire des feuilles chnang (qui ont macéré cette nuit avec de l’eau dans un seau en plastique blanc recouvert d’un couvercle) avec des pousses de bambou dans de l’eau. Elle pile ensuite des piments dans le mortier et les ajoute au mélange de feuilles de chnang et pousses de bambou qui cuisent. Elle met du monosodium glutamate, de l’huile et du sel, couvre, et laisse cuire. Elle part ensuite dans le chamkar et prend des aubergines rondes (toutes petites), coupe les petites, et les ajoutent dans la casserole (sans les laver). Il n’y a pas de viande ni de poisson dans ce repas.

A 9h30, le mari enlève la casserole du feu. 

Cuisson au chamkar

Cuisson au chamkar

La mixture est prête

La mixture est prête

Autre plat préparé au chamkar - village de Kong Nork

Autre plat préparé au chamkar - village de Kong Nork

Commenter cet article