Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Leçon de cuisine au village de Tung

Publié le par anthropohumanisticienne critique

Village de Tung, dans la maison du second chef de village - qui est une femme. 

A 9h00, la femme a commencé à  préparer de la nourriture Kap (à base de poudre de riz)  Elle pile des feuilles de manioc dans un petit mortier. Il n’y a rien d’autre que les feuilles. Elle est accroupie dans la cuisine. 

Leçon de cuisine au village de Tung
Leçon de cuisine au village de Tung

Une fois terminé, elle met les feuilles pilées dans une casserole moyenne, et ajoute de l’eau. Elle met tout sur le feu et met le couvercle. La casserole est sur un brasero. Une des filles vient réanimer le feu en ajoutant des petits morceaux de bois, et la femme souffle sur les braises à l’aide d’un manche à balais en métal creux. Des cendres volent partout dans la cuisine.

 

Casserole sur brasero

Casserole sur brasero

Elle pile ensuite le riz avec des feuilles (slak giow). Tout en pilant, elle remue le contenu du mortier avec une petite cuillère en métal asiatique afin de remettre le contenu des feuilles et du riz au milieu et mieux piler. Le tout prend 7 minutes. Une fois terminé, elle transvase le contenu du mortier dans un bol en plastique à l’aide d’une cuillère en métal asiatique. Elle y ajoute de l’eau de manière à couvrir la poudre verte, et laisse par terre.

 

Poudre de riz donnant sont nom à la nourriture "kap"

Poudre de riz donnant sont nom à la nourriture "kap"

Le mélange eau/feuilles de manioc dans la casserole bout. Elle enlève le couvercle.

Elle prend 4 branches de citronnelle qu’elle maltraite (frotte) dans ses mains. Elle la tord ensuite pour en faire un mini fagot qu’elle noue avec l’extrémité des feuilles. Elle met le fagot dans la casserole avec les feuilles de manioc et l’eau.

Elle revient ensuite là où elle coupe les légumes. Elle prend un couteau et une bassine en plastique. Elle ouvre une feuille de bananier. Elle sort des tubes blancs, de 1 cm de diamètre. Il s’agit de pousses de bananier. Elle en prend 6 petites et une grosse (2 cm de diamètre). Elle referme la feuille de bananier et la remet sous la table. Elle coupe les petites pousses à la main, et les met dans la bassine en plastique. Pour la grosse, elle coupe les extrémités qui sont un peu noires, et la coupe au couteau.

 Dans le plateau, elle prend ensuite des aubergines vertes, toutes petites. Il y a 5 aubergines de la taille d’une grosse bille, et une trentaine de toutes petites (de la taille d’une cacahuète). Elle les enlève de leur branche et met le tout dans la bassine avec les pousses de bananier.

Elle prend de l’eau dans la  poubelle en métal derrière la porte pour laver les pousses de bananier et les aubergines. Elle remue un peu, se retourne, et transvase tout dans la casserole sur le feu. Cela fait 20 minutes que les feuilles de manioc cuisent. Elle remet le couvercle de la casserole.

Découpe des pousses de bananier et des aubergines

Découpe des pousses de bananier et des aubergines

Elle prend une herbe aromatique et de la ciboule qu’elle coupe en petit bouts sur la planche à découper (rondin de bois) avec le couteau.

Ciboule et herbe aromatique

Ciboule et herbe aromatique

Elle ramasse les déchets (tiges d’aubergine,…) et les jette dans la poubelle blanche juste dehors.

Elle prend un sac plastique dans l’étagère à ingrédients, avec des piments dedans. Elle en retire les tiges et les met dans le mortier. En tout, il y a une  petite poignée de piments, dont certains sont encore verts. Elle remet le sac plastique et jette les tiges dans la poubelle dehors. Elle rince aussi le pilon du mortier dans la grande bassine à vaisselle. Elle ajoute une cuillère  à café de sel dans le mortier avec le piment et pile.

Elle prend un petit bol en aluminium avec un couvercle dessus, et en vide le contenu dans la casserole. Il s’agit de poisson séché qu’elle a acheté au magasin du village. Les poissons sont tout petits (5 cm de long), appelés trey komplong. Elle remue le contenu de la casserole avec une louche en métal (qui reste toujours  dans la casserole).

Elle prend le bol avec l’eau et la poudre riz/feuilles. Elle verse le contenu dans la casserole et mélange avec la louche. Elle ajoute une cuillère de monosodium glutamate et une cuillère de sel dans la casserole, ainsi que la ciboule et l'herbe aromatique. Enfin, elle ajoute une cuillère asiatique en métal de piment pilé (le reste est le mortier) et mélange avec la louche. Elle laisse 3 minutes et sort la casserole du feu avec un torchon. 

A 9h40, la cuisson est terminée. Le résultat ressemble à une soupe d’épinards. Nous pouvons passer à table.

La table est dressée sur une natte

La table est dressée sur une natte

Du riz, et de la nourriture kap. Au fond, les verres pour l'eau.

Du riz, et de la nourriture kap. Au fond, les verres pour l'eau.

Notre hôte

Notre hôte

Autre configuration de cuisine, au village de Trong Svay

Autre configuration de cuisine, au village de Trong Svay

La femme et son mari cuisinent : un homme khmer passe plus de temps en cuisine que son homologue indigène

La femme et son mari cuisinent : un homme khmer passe plus de temps en cuisine que son homologue indigène

Commenter cet article