Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voyager "simplement" et "être de retour"

Publié le par anthropohumanisticienne critique

Réservation d'un billet d'avion Bruxelles-Phnom Penh en passant par Doha (halte de 1h30) et Ho Chi Minh ville (pause technique d'une heure). Simple en apparence. Oui mais voilà...

Partir de la maison un lundi 26 mai à midi, et prendre le train pour Bruxelles, aéroport national. 

Embarquer dans l'avion à 15h30 pour un départ à 16h10. 

Attendre plus d'une heure trente dans l'avion, au sol, pour un "problème technique" qu'il était préférable de régler avant de partir, selon le pilote. 

Arrvier trop tard à Doha pour la correspondance.

Attendre 7 heures dans le salon "Club privilège" des nouveaux tickets pour Bangkok. En vain. Une heure avant le départ, on me dit (après que je me sois inquiétée de ne pas voir arriver mes billets) d'aller rapidement (l'embarquement a déjà commencé) à la porte d'embarquement : ils m'y imprimeront mon billet. 

Billets imprimés, j'embarque sans savoir si je dois récupérer mes bagages à Bangkok comme je change de compagnie aérienne : Qatar Airways ne va pas de Bangkok à Phnom Penh, et je dois prendre Bangkok Airways. Départ avec une heure de retard.

Heureusement, peu de monde dans l'avion, j'ai trois sièges pour m'allonger. Seule crainte: que mes bagages n'aient pas suivi. 

Magnifique orage en arrivant à Bangkok : orage lointain, un plaisir pour les yeux. 

Bonne surprise à Bangkok, deux hotesses m'attendent pour me diriger dans l'aéroport. Question bateau : "c'est la première fois que vous venez en Thaïlande?" Si on peut dire que passer une heure trente dans un aéroport thaïlandais sans passer la frontière équivaut à venir en Thaïlande, alors oui. Il est vrai que les aéroports sont des lieux de concentration de vitrines d'un pays. On peut y découvrir l'artisanat, les paysages, la nourriture du pays. Mais mes hotesses ne m'en laissent pas le temps : je n'ai après tout qu'une heure trente pour visiter la Thaïlande. 

 

Seule photo touristique de Thaïlande : Bangkok de nuit

Seule photo touristique de Thaïlande : Bangkok de nuit

Bureau d'enregitrement de Bangkok Airways, on me fait signer un papier comme quoi je n'ai pas enregistré de bagage : s'il y a un problème, c'est la faute de Qatar Airways. Mais on me rassure : non, je ne dois pas m'occuper de mes bagages, ils suivent. Bon, pas le choix de toute façon. 

Porte d'embarquement, on vient récupérer le papier que j'ai signé : mon bagage est à bord. Ouf, bonne nouvelle. Embarquement. Clip vidéo tourné par des hotesses de l'air pour sensibiliser aux consignes de sécurité. Vol assez chahuté dans un petit Airbus 319. Repas servi à bord (bienvenue en Asie). 

 

Plateau repas de Bangkok Airways : du riz!

Plateau repas de Bangkok Airways : du riz!

Arrivée un mardi à 22h30 à Phnom Penh (17h30 heure belge). Mon bagage est le premier sur le tapis, je l'attrape, saute dans un taxi, direction l'hotel. 

Impression d'être de retour : vérifier dès la sortie de l'aéroport mon crédit sur ma carte GSM cambodgienne, diriger le chauffeur de taxi jusqu'à l'hotel, échanger trois mots de Khmer avec lui, ne pas devoir marchander mon taxi.

Nuit courte mais salutaire. Départ à 7 heures du matin. Je me suis réveillée à 6h30. Gentille, la gérante de l'hotel fait comprendre au chauffeur venu me chercher que je n'ai pas encore mangé. J'arrive à comprendre la discussion, impression d'être de retour. 

Dormir une bonne partie du trajet car, le paysage, je l'ai déjà vu, je n'ai pas besoin de le regarder. Il est cela dit un petit peu plus vert qu'en avril. 

Reconnaitre les restaurants où nous faisons halte pour manger. Impression d'être de retour. Avoir l'impression d'entendre du néerlandais à la radio (et de toute façon n'y rien comprendre), avoir l'impression d'entendre une lague familière. 

Banlung, mercredi 28 mai. 

Commenter cet article

samaoin 30/05/2014 21:55

A oui quand même le trajet ne fut pas simple. Bien raconté, je te voyais dans les aéroports. Bisous