Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fête du sacrifice au village - 1

Publié le par anthropohumanisticienne critique

Samedi 5 avril. Arrivée au village à 8h07, avec Sokheng, Sopheara et Ratana (trois assistants de recherche)

Nous nous rendons à la maison communautaire, mais rien ne se passe. Il ne se passera rien avant 11 heures selon une femme que nous croisons sur place. Selon elle, 4 ou 5 cochons seront sacrifiés. Un cochon sera sacrifié aujourd’hui pour la cérémonie des anciens, mais il ne sera pas sacrifié avant 14h (il est 8h30). Cette année, les villageois achètent les cochons au chef du village. Chaque famille doit donner 35,000 riels (9$), et 15,000 (4$) de ces riels sont destinés à l’achat des cochons. L’achat des cochons est donc collectif.

Il y a beaucoup d'animation dans le village. Dans une maison voisine, un mariage a  été célébré la veille, mais les hommes sont encore en train de boire du vin de jarre. A mesure que la journée avance, il y aura de plus en plus de monde sous la maison pour boire et manger. Une sono diffuse de la musique jusque 16h30. 

Dans une autre maison, un bébé est malade et la famille a fait un sacrifice pour la guérison quelques jours auparavant. Un poulet a été sacrifié. Dès aujourd’hui, ma maison est interdite d’accès à toute personne qui n’appartient pas à la famille. Des branches pendant sur une corde attachée aux poteaux de la maison signale l’interdit. 

 

Dans une autre maison encore, une famille a sacrifié, la veille, une vache aux arek (esprits). Il s’agit du même genre de sacrifice que celui de l’après midi pour le village : un sacrifice pour éviter les maladies dans la familles et pour apporter la paix et la prospérité pendant un an. Cet après midi, le sacrifice sera pour tout le village et non une famille. Aussi, comme ils ont commencé à boire la veille (jour du sacrifice), a maison sera interdite à tout étranger à la famille dès le lendemain.

Au centre de la maison, en dessous, on peut voir l’autel du sacrifice. Il est fait de bambou. Sur la partie supérieure (table), on trouve un poussin qui a été grillé , des petites bananes et des fleurs. 

Dans un coin de la maison, trois hommes coupent la viande de la vache. Deux sont accroupis devant une planche à couper et hachent la viande avec un couteau du genre machette (coups répétitifs sur le morceau de viande). Tout y passe : viande, gras et petits os. Cette viande hachée va servir à faire de la nourriture "phlea", qui est en fait du haché cru mélangé à des herbes, du piment, du sel et du "bokreav" (genre d'ail). Cette viande accompagne la consommation de vin de jarre et est consommée crue. Le troisième homme coupe les entrailles cuites de l’animal. La famille distribuera ces morceaus aux membres de leur famille qui ne sont pas dans le village.  Le reste des entrailles (morceaux trop petits pour donner) servira à faire une soupe, « ma pi ». 

En face, des hommes  boivent du vin de jarre devant une table basse. Un seul homme est assis devant la jar wine, sur une chaise en plastique. A lui seul, il boit l’équivalent de deux cans (boites de conserve ou bol) de jar wine. Une fois finit, il remplit la jar wine des deux cans qu’il a bue avec de l’eau avant de céder son tour au suivant. Il faut donc boire un seul à la fois. En buvant, les hommes mangent. Il y a sur la table une mangue verte, de la papaye, du bokriv pilé avec du piment, un bout de porc cuit, et l’estomac de la vache qui a été tuée (et que les hommes trempent dans le mélange bokriv/piment avant de manger). 

Maison interdite à toute personne ne faisant pas partie de la famille

Maison interdite à toute personne ne faisant pas partie de la famille

Découpage de viande

Découpage de viande

Autel d'offrandes

Autel d'offrandes

9h30

Nous nous rendons près de l’espace du sacrifice. Le cochon du sacrifice est déjà sur place, attaché aux pates avec une corde , et couché sur le flanc. Il tente de se débattre et se cogne fortement la mâchoire sur le sol. Bientôt un peu de sang coule. C’est une femelle. Elle a été achetée au chef du village pour 200 $. Une poule est également attachée par les pates. Elle repose sur le sol et semble avoir très soif (et chaud).

Trois hommes âgés sont dans l’espace sacré afin de le nettoyer. L’espace sacré est composé de 5 bananiers. Il est sacré car ces bananiers ont poussé tous ensembles, en une fois. A priori, seules 4 personnes sont autorisées à y entrer (mais lus tard, plus de 8 personnes seront dedans). Aussi, personne ne peut en prendre les feuilles ni les pousses. Ces bananiers sont ceints par un enclos (des piliers de bois enfoncés dans le sol). C’est dans ces bananiers qu’une partie du sang du cochon sera versé.

Les hommes défichent l’endroit : ils enlèvent les herbes au sol et les feuilles de bananiers mortes. Ce faisant, ils découvrent de nombreuses bouteilles (de bière, de vin de riz,…). Lorsqu’une femme est enceinte après avoir fait l’amour avec un homme sans y être mariée, elle offre un poulet et une bouteille dans cet enclos. Elle y répand le sang du poulet. Ce sacrifice est fait pour réparer l’erreur, mais pas question de se débarrasser du bébé. Le bébé est gardé et reste dans la famille. Si les femmes avortent, cela se marque sur les bananiers : les feuilles deviennent brunes et les bananiers ne sont pas gros.

Après avoir défriché, les trois hommes recueillent du « protil », un tubercule qu’ils vont couper en rondelle, mélanger au sang du cochon, et répandre autour du village d’empêcher les arek et fantômes de rentrer dans le village. Il y en a environ 500g. Au protil s’ajoute le « labun », une branche qui pousse en forêt. Elle est également coupée en rondelle et ajoutée au mélange. Le labun est censé porter chance au village. Les personnes âgées coupent le protil et le labun en rondelle avec un couteau/machette, sans tronc (planche) à couper. 

Aire sacrée

Aire sacrée

Cochon

Cochon

Poule (rejointe par un coq par la suite)

Poule (rejointe par un coq par la suite)

Nettoyage de l'aire sacrée

Nettoyage de l'aire sacrée

L'aire sacrée nettoyée

L'aire sacrée nettoyée

Découpage du protil (orange) et du labun (vert)

Découpage du protil (orange) et du labun (vert)

Les hommes s’activent. Ils transportent le cochon sous la maison communautaire. Ils disposent aussi des poutres et des planches à droite de la maison communautaire, dans son prolongement, afin de préparer la place où ils boiront le jar wine. Dans le prolongement de l’enclos sacré, ils plantent des bois et des bambous afin de prolonger le toit de la maison communautaire en tendant une bâche, bleue. 

D’autres hommes apportent des petites jarres de vin de jarre. Le chef de village note les familles qui apportent ces jarres. Avec ces petites jarres, les hommes font des grandes jarres (ils transfèrent le contenu de 2 petites jarres dans une grande). 

Dès aujourd’hui, les hommes vont commencer à boire le jar wine. Ils vont continuer demain. Dès qu’ils auront fini, le village sera interdit aux étrangers. Ainsi, a cérémonie dure 7 jours : deux jours pour boire et manger, et 5 jours d’abstinence. 

Réunion masculine

Réunion masculine

Tout est prêt pour le sacrifice

Tout est prêt pour le sacrifice

Tranfert des petites jarres dans les grandes

Tranfert des petites jarres dans les grandes

Construction de "la maison où boire le vin de jarre"

Construction de "la maison où boire le vin de jarre"

La "maison" terminée

La "maison" terminée

Commenter cet article