Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Villages - Trong Svay

Publié le par anthropohumanisticienne critique

A 8 km au nord de Banlung, un peu après Ochum, se trouve le village de Trong Svay, un des villages impliqués dans la recherche. Sur le chemin, des maisons sont construites en bâche ou en tôle. Certaines sont en bois. Un membre d'Annâdya disait la veille que le prix du bois est très élevé, et qu’il est moins cher de faire construire une maison en brique qu’une maison en bois. La tôle et la bâche sont d’autres solutions probablement. 

Le village est facile d'accès. Il se situe juste derrière une route principale. Il est pourvu d'électricité, et de nombreuses maisons disposent de la télévision. Lors de notre passage, nous avons entendu l'alphabet en anglais, récité "par un poste de télévision". Des enfants devaient être devant. Cela fait plus de 10 ans qu'il y a la télévision dans ce village, car il est proche d'Occhum. D'autres villages (comme Poum) ne sont pas déservis en électricité. 

Sokhorn, le responsable du village chez Annâdya, et le chef du village (que l'on appelle ici mephum, phum voulant dire village), nous acceuille. Nous faisons ensuite un tour du village, et deux entretiens avec les membres de l'équipe. Les entretiens se font en Khmer, avec traduction en anglais pour ceux qui ne comprennnent pas. 

Vue d'une partie du village

Vue d'une partie du village

Arrêt dans une première famille, membre du projet Annâdya. Le grand père est occupé à fabriquer un petit autel en bambou et en bananier. Un des enfants de la famille est malade et la famille va, dans l'après midi, sacrifier un poulet. Le petit autel servira à accrocher les morceaux de viande. La famille s'est rendue à l’hôpital avec l'enfant, mais pour faciliter la guérison avec les esprits, il est préférable de sacrifier un poulet. 

Dans une autre famille, une mère lave les jambes de son enfant avec une feuille. La petit s'est faite renverser par une mobylette, et a depuis "les jambes faibles". Le massage avec la feuille est censé lui rendre des forces, et l'usage de ses jambes. 

Massage des jambes

Massage des jambes

Les animaux sont en libre circulation. Cochons, poulets et chiens gambadent librement. Les propriétaires les reconnaissent à leurs caractéristiques (couleur, tâche, dessin des couleurs), vu qu'ils les nourrissent tous les matins. Il n'est cependant pas rare qu'un animal, souvent des vaches et des cochons, soient abattus pour avoir saccagé des jardins. Certains choisissent donc d'enfermer leurs vaches et de les faire paître aux champs. Ainsi, ils peuvent facilement récolter les excréments et en faire du fumier à répandre sur les champs. 

Les gens mangent rarement leurs animaux. Ils élèvent les porcs et les vaches pour les vendre.  Une jeune vache coute 1.500.000 riels (375$).  Ils ne mangent que les animaux sacrifiés lors d'une fête de marriage, une cérémonie de décès, lorsque quelqu'un est malade ou pour contenter les esprits de la forêt. 

Vaches dans l'enclos

Vaches dans l'enclos

Des petits Babe bien occupés!

Des petits Babe bien occupés!

La taille des maisons varie. Certaines sont grandes, d'autres petites. Certaines sont à même le sol, d'autres sont sur pilotis. 

Nous en visitons une en bois, à même le sol. L’homme l’a construite lui-même. Elle jouxte la maison de son beau-père. A l’intérieur, un lit avec une moustiquaire au dessus dans un coin, une télévision avec lecteur dvd en face, une armoire avec des dessins et posters au dessus, et l’entrée, avec quelques vêtements qui pendent à un cintre derrière la porte. Le sol est en béton. Un sac à dos Diesel pend près du lit. 

Lit avec moustiquaire

Lit avec moustiquaire

Coin tv

Coin tv

Meuble et décoration murale

Meuble et décoration murale

Dans certaines maisons, la cuisine se trouve en dehors du logis, dans une cabane expréssement construite à cet effet, ou en dessous de la maison si cette dernière est sur pilotis. Le foyer se situe généralement un peu à l'écart. Il s'agit oit d'un feu avec un trépier en métal pour poser les casseroles, soit d'un récipient rond avec une ouverture évasée dans lequel on dépose de la braise et sur lequel on pose les casseroles. 

En saison des pluies (juin à octobre), l'eau de pluie est récoltée dans des jarres et conservée pour les usages domestiques (nettoyage des aliments, du corps et de la maison, cuissson) et la boisson. La plupart des familles font bouillir l'eau avant de la consommer. En saison sèche, l'eau provient du puits ou de la rivière. Elle est conservée dans des bouteilles en plastique ou dans des seaux avant d'être utilisée. Le nettoyage des légumes peut aussi se faire directement au puits.  

 

Ustensiles de cuisine sous la maison

Ustensiles de cuisine sous la maison

Jarre pour conserver l'eau

Jarre pour conserver l'eau

Nettoyage au puits et remplissage des gourdes

Nettoyage au puits et remplissage des gourdes

Faire la cuisine prend du temps. Certaines femmes, mais de moins en moins à Trong Svay, doivent piler le riz avant de le consommer. D'autres possèdent, ou utilisent moyennement payement, une machine à piler le riz. Il s'agit en effet d'enlever l'enveloppe des grains de riz afin de le rendre plus blanc, et plus tendre. 

Pilage du riz

Pilage du riz

Pilage automatique

Pilage automatique

Les fermes pour la culture sont situées dans un périmètre de 10 km. Les fermiers s’y rendent en mobylette. Ils y cultivent du riz, qu’ils mangent (mais il n’y en a souvent pas assez), et des noix de cajou, qu’ils vendent. Cela fait près de 20 ans qu’ils cultivent la noix de cajou, mais seulement 3 ou 4 ans qu’ils en vendent beaucoup. Les marchands viennent au village pour les acheter quand c’est la saison de la récolte. Ainsi, les villageois sont occupés toute l’année avec les champs : les moissons et récoltes ont lieu à des moments différents, et il faut aussi nettoyer les champ pour les nouvelles semences. 

Commenter cet article