Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

suite de la journée à Phnom Penh

Publié le par anthropohumanisticienne critique

suite de la journée à Phnom Penh
suite de la journée à Phnom Penh
suite de la journée à Phnom Penh
suite de la journée à Phnom Penh

La matinée fut occupée par la visite du Vat Phnom, le temple de Phnom. L’accès est gratuit pour les locaux, mais les étrangers doivent payer 1$. En ce premier jour de Nouvel An chinois (l’année du cheval commence), le temple est plein. En ce jour, au plus tôt les gens viennent au temple, au plus chanceuse sera l’année.

Les gens viennent faire des offrandes à Buddha : riz, gâteaux, argent, bananes, fruits, poulets, cochons, alcool, … Le tout disposé sur des tables ou devant des autels sur lesquels brûlent de l’encens. Dans le temple principal, un orchestre joue pendant que les gens font leurs offrandes. Tous les buddhas du temple ont reçu un billet (en riel cambodgien. Il faut croire que les dollars sont réservés au tourisme, alors que les Cambodgiens continuent à utiliser leur monnaie).

A l’entrée du temple, un gong à la bouille sympathique accueille le visiteur. Des enfants et des femmes tentent également de vous faire acheter un oiseau en cage, pour le libérer. A ce qu’il paraît, l’oiseau est dressé pour revenir. Le temple est aussi entouré d’un vaste jardin assez ombragé, où il fait bon de s’assoir avant de reprendre la marche.

suite de la journée à Phnom Penh
suite de la journée à Phnom Penh
suite de la journée à Phnom Penh

Sur la route vers le musée S21, passage par le quartier chinois, d’après ce que le nombre de lanternes, de banderoles souhaitant la bonne année, et de magasins fermés indiquent. Les gens font des offrandes de nourriture sur le trottoir et brûlent des papiers (représentant des billets) dans des braseros. Il est de coutume de bruler des faux billets et objets de valeur, afin qu’ils arrivent aux ancêtres et leur profite dans leur autre vie. Des restaurants proposent des tortues, des crapauds, des bénitiers géants, et des poissons de toutes sortes. Des échoppes sur le trottoir vendent des canards, des cochons et des jeunes poulets laqués. Des camions remplis de danseurs et de gens portant des dragons passent. 

suite de la journée à Phnom Penh

Arivée à S21, le musée Tuol Sleng. Originellement le lycée Tuol Svay Prey, le bâtiment est devenu la prison de haute sécurité des Khmers rouges en 1975. Ce lieu est vite devenu un haut lieu de torture et un des plus grands centres de détention du pays. Environ 12.000 personnes y ont péri sous les ordres de Douch (Kaing Guek Eav), directeur et tortionnaire à S21.

Le musée regorge des documents accumulés par les Khmers rouges : photos des victimes à leur arrivée et à leur mort, carnets d’aveux,… Certaines pièces présentent les modes de torture, d’autres des cellules individuelles faites en bois ou en briques. Un étage du bâtiment D présente une partie des ossements retrouvés à dans la cour du lycée et les travaux entrepris pour les enlever.

A la sortie, un des sept survivants dédicace son livre. Une petite échoppe propose d’ailleurs des livres et Dvd concernant S21, les survivants, et les Khmers rouges. S21 a été fonctionnelle de 1975 (date de prise du pouvoir par les Khmers rouges) à 1979 (date d’arrivée des Vietnamiens à Phnom Penh). Les 7 survivants devaient leur vie à leur talent de photographe ou de peintre. Tous les autres ont été torturés à mort avant l’arrivée des Vietnamiens.  

Actuellement, seul un Khmer rouge a été jugé, Douch. Il a été condamné en 2012 par un tribunal international à la prison à perpétuité. Il avait été arrêté en 1998. Deux autres hauts dirigeants sont décédés depuis leur arrestation, et le procès de trois autres a commencé en 2011.

Pour plus d’informations :

Livre « Le Portail » de François Bizot sur les premiers pas de Douch en tant que tortionnaire

Documentaire «    « Le Khmer rouge et le non-violent », concernant le procès de Douch. 

suite de la journée à Phnom Penh
suite de la journée à Phnom Penh

Commenter cet article