Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Banlung - suite bis

Publié le par anthropohumanisticienne critique

Banlung est une ville assez petite, composée de deux routes principales perpendiculaires qui se croisent au rond point principal (cercle avec la statue au centre du plan). Une de ces routes relie Phnom Penh (direction gauche sur le plan) au Vietnam (direction droite sur le plan). L'autre va du marché central (Banlung Market) au lac. Le Thy Ath (notre logement) se situe entre les deux Lakeside au bord du lac, tandis que les locaux d'Annâdya se trouvent non loin du Terre Rouge, de l'autre côté du lac. Quel bonheur que de faire le tour du lac le matin à vélo, avec un bon petit vent frais. En parlant de terre rouge, la couleur est due à de la ferrite, et la couche peut atteindre 10 mètres de profondeur. On aperçoit également, tout à gauche du plan, le Wat Aran, où se trouve le Bouddha couché et la vue sur la campagne environnante. 

Plan de Banlung

Plan de Banlung

Banlung est aussi en plein développement. De nouvelles contructions sont en cours un peu partout (immeubles commes maisons). Des lampadaires publics ont été installés au bord du lac il y a quelques mois. Le premier fastfood a ouvert ses portes il y a quelques semaines (et est désert la plupart du temps). S'il a l'allure d'un fast-food américain (mobilier en plastique, forme simple et carrée, ensigne mêlant cercle et bandeau, bandeau rouge,...) il n'en a pas le nom: Big Sun. Des étrangers, mais aussi des Cambodgiens, font du jogging ou du footing autour du lac. Parmi les autres sports populaires : le volleyball et le badminton. Un expatrié résidant depuis deux ans à Banlung a précisé que la ville change tous les deux mois. Lors de son arrivée, le Thy Ath était le seul hôtel en bord de lac, et avait un étage en moins. Une ville en devenir...

Fast food

Fast food

Immeuble en construction

Immeuble en construction

Cette ville en devenir présente quelques désagréments. Tout d'abord, l'électricité coupe assez régulièrement. Le Vietnam produit cette électricité et la vend au Cambodge. L'électricité provient de barrages hydrauliques, ce qui pose deux problèmes. En premier lieu, en saison sèche (de novembre à fin avril), le débit des cours d'eau réduit, moins d'électricité est produite, et il y a des coupures. Et comme la ville vient de se doter de lampadaires publics, il y a un vrai "manque de jus". Soudainement, le soir (et il fait noir à 18h30), la ville devient noire. Puis, petit à petit, après un laps de temps plus ou moins long, des lumières apparaissent. Ces coupures durent en général quelques minutes, mais peuvent aller jusqu'à trois jours... Le weekend, les coupures sont plus fréquentes : pas d'électricité le matin, ni l'apès-midi. 

Ensuite, le ramassage des poubelles n'est pas encore au point. Les habitants déposent leurs sacs (de bêtes sacs en plastique) sur le bord de la route, parfois en tas, parfois dans un récipient en caoutchouc noir. Ce dernier est pourvu d’un numéro, et est pris en charge par le ramassage des déchets (mais aucune information sur la société de ramassage). Les canettes sont recyclées (au Vietnam) : des gens passent dans les maisons afin de racheter des canettes vides (100 riels pour deux canettes. Alors qu’en Europe, il faut payer pour que les éboueurs passent…), ou les ramassent sur le bord des routes. D’autres le font pour les bouteilles en plastique, qui sont aussi recyclées. Par contre, rien n’est prévu pour le verre. Le recyclage est donc artisanal. Aussi,  les traces sur le bord des routes indiquent les déchets restants (ceux qui ne sont pas dans les poubelles noires) sont brûlés tous les deux ou trois jours. 

Enfin,  la criminalité existe. Il y a une prison à Balung. Parmi les crimes : vols et meutres. Ces derniers sont surtout des règlements de compte lié à la mafia et au traffic illégal. La prostitution est aussi présente, mais est peu visible. 

Poubelle noire soumise au ramassage

Poubelle noire soumise au ramassage

Tas de déchets à brûler

Tas de déchets à brûler

Recyclage original dans un restaurant

Recyclage original dans un restaurant

Commenter cet article